Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Expertise métier

Description du "Syndrome du canal carpien"

""
Temps de lecture : 5 min

Le Syndrome du canal carpien, qu'est ce que c'est ?

Le syndrome du canal carpien (SCC) est une « neuropathie par compression » causée par la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien du poignet. C’est la neuropathie par compression nerveuse la plus courante, représentant 90 % de toutes les neuropathies. Les premiers symptômes du syndrome du canal carpien comprennent la douleur, l’engourdissement et les paresthésies. Ces symptômes se présentent généralement, avec une certaine variabilité, pouvant se situer au niveau du pouce, de l’index, du majeur et la moitié radiale (côté pouce) de l’annulaire. 

La douleur peut également irradier le long du bras affecté. Lorsque la pathologie s’intensifie, une faiblesse de la force de la main, une diminution de la coordination motrice fine, une maladresse et une atrophie des muscles de l’éminence thénar peuvent survenir.
Dans la présentation clinique précoce de la pathologie, les symptômes se présentent le plus souvent la nuit en position couchée et sont soulagés pendant la journée. Avec la poursuite de la progression de la maladie, des symptômes seront également présents pendant la journée, en particulier lors de certaines activités répétitives, tels que l’écriture, le dessin, l’écriture au clavier d’ordinateur ou les pratiquants de sports (tennis, handisport en fauteuil roulant, etc). 
Lorsque la pathologie est chronique, les symptômes peuvent être constants toute la journée et la nuit.

Les professions typiques des patients atteints du syndrome du canal carpien sont celles qui utilisant des ordinateurs pendant de longues périodes, ceux qui utilisent des équipements qui produisent des vibrations telles que les travailleurs sur les chantiers, ou comme cité précédemment les sportifs handisports utilisant leurs membres supérieurs pour pousser le fauteuil et tout autre sport ou profession nécessitant des mouvements fréquents et répétitifs au niveau du poignet

Etiologie et Epidémiologie

Le syndrome du canal carpien résulte de l’augmentation de la pression dans le canal carpien et de la compression ultérieure du nerf médian. Les causes les plus courantes du syndrome du canal carpien comprennent la prédisposition génétique, des antécédents de mouvements répétitifs du poignet tels que le travail mécanique, ou lors de sport comme le tennis, mais également l’obésité, les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde et la grossesse.

Aux États-Unis, le syndrome du canal carpien a une incidence de 1 à 3/1000 par an (nouveaux cas), avec une prévalence de 50 pour 1000 (total des cas présents), et cette incidence et prévalence plus ou moins similaire dans la plupart des pays développés. Ce syndrome affecte le plus souvent les sujets blancs de peau, a une prédominance allant jusqu’à 10x plus forte chez les femmes et à un âge où la prévalence est la plus forte autour de 46 à 60 ans.

Physiopathologie

Le syndrome du canal carpien (SCC) résulte souvent de multiples facteurs de risque spécifiques au patient, comprenant donc les risques : professionnels, sociaux et environnementaux. Une seule cause spécifique n’est pas toujours déterminée à moins qu’il n’y ait, par exemple, une lésion sous-jacente à proximité du canal carpien qui puisse être attribuable aux symptômes rapportés par le patient. Bien que cela puisse être présent dans certaines conditions médicales (par exemple, la goutte), ces cas cliniques simples sont relativement rares par rapport à la plupart des présentations du SCC qui restent multifactorielles.

En général, la physiopathologie du SCC résulte d’une combinaison de mécanismes de compression et de traction. La compression dans le cas de la physiopathologie est liée à plusieurs éléments tels qu’une augmentation de la pression, une obstruction de la circulation veineuse globale, une augmentation de l’œdème local et une compromission de la microcirculation intra-neurale du nerf médian
Le bon fonctionnement nerveux et l’intégrité structurelle du nerf sont compromis et ce dysfonctionnement se propage lui-même davantage, au niveau de la gaine de myéline et en finissant par l’axone qui peut développer des lésions
Les tissus conjonctifs environnants deviennent inflammés et perdent leur fonction physiologique de protection et de soutien. La traction répétitive et les mouvements du poignet exacerbent l’environnement, « endommageant » davantage le nerf. De plus, n’importe lequel des neuf tendons fléchisseurs traversant le canal carpien peut devenir inflammé et comprimer le nerf médian d’autant plus. 

Les patients signalent souvent des engourdissements, des picotements et des douleurs qui augmentent la nuit. La faiblesse, la maladresse et les changements de température ressentie dans la main et les doigts sont également des plaintes courantes. Le pouce, l’index, le majeur et la moitié radiale (côté pouce) de l’annulaire sont généralement affectés. Les patients atteints du syndrome du canal carpien présenteront souvent un « signe de flick » positif, ce qui signifie que les symptômes s’améliorent lorsqu’ils agitent la main et le poignet. Les patients expriment souvent un certain soulagement avec de la glace, du repos si provoqué par une activité répétitive et des attelles de nuit.

Evaluation

L’électromyographie et les études de conduction nerveuse sont à la base du diagnostic du syndrome du canal carpien. D’autres examens cliniques ou spéciaux ne confirment pas le syndrome du canal carpien, mais aident à écarter d’autres diagnostics. L’examen clinique peut inclure des tests pour les déficits sensoriels et moteurs et des preuves de l’émaciation du thénar (atrophie des muscles du pouce). Il existe plusieurs tests spéciaux avec des degrés variables de sensibilités et de spécificités. 

Les meilleurs d’entre eux incluent le test de compression carpienne. Cela se fait en appliquant une pression ferme directement sur le canal carpien pendant 30 secondes. Le test est positif lorsque des paresthésies, des douleurs ou d’autres symptômes se reproduisent.

Le test de Phalen ou « prière inversée » est effectué en demandant au patient de fléchir complètement les poignets en plaçant les surfaces dorsales des deux mains l’une sur l’autre pendant une minute. Un test positif est lorsque les symptômes (engourdissement, picotements, douleur) se reproduisent.

Le Phalen inversé, ou « test de prière », est effectué en demandant au patient d’étendre ses deux poignets en plaçant les surfaces palmaires des deux mains ensemble pendant 1 minute (comme s’il priait). Encore une fois, un test positif est avec la reproduction des symptômes est présente.

Bien que de faible sensibilité et spécificité le signe, Hoffmann-Tinel est un autre test couramment réalisé. Dans ce test, le professionnel de la santé tape directement sur le canal carpien pour stimuler le nerf médian. Comme les tests ci-dessus, un test positif est lorsque les symptômes se reproduisent.

""

Traitement

Si le syndrome du canal carpien est rapidement identifié, un traitement conservateur est recommandé. Dans un premier temps, le patient doit être informé de la modification des habitudes provoquant l’exacerbation des symptômes
Cela peut être une revue de l’ergonomie de la main au travail, lors de gestes sportifs ou d’autres facteurs pouvant déclencher les douleurs. Par exemple placer le clavier à une hauteur appropriée et minimiser la flexion, l’extension, l’abduction et l’adduction de la main lors de la frappe
Il devrait être recommandé de diminuer les activités répétitives si possible donc varier les types d’entrainements pour un tennisman par exemple. Des conseils sur la perte de poids et la mise en place d’une activité aérobique peuvent également être bénéfiques. Un traitement de courte durée d’anti-inflammatoires non stéroïdiens peut soulager les symptômes, mais certains n’en ressentent pas les bienfaits.

Si les traitements conservateurs échouent, un glucocorticoïde oral ou local pourrait être proposé. Le traitement définitif du syndrome du canal carpien persistant est une intervention chirurgicale avec libération du canal carpien après des études de conduction nerveuse montrant une dégénérescence axonale significative.

Les diagnostics différentiels comprennent la radiculopathie cervicale irradiante, les neuropathies, les tendinopathies et les ténosynovites. 

 

Tout le contenu de cet article est présenté à titre informatif. Il ne remplace en aucun cas l’avis ou la visite d’un professionnel de santé. 


Source :

Sevy JO, Varacallo M. Carpal Tunnel Syndrome. [Updated 2020 Aug 10]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan. Distributed under the terms of the Creative Commons Attribution 4.0 International License (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/).