Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Expertise métier

Douleurs au bas du dos : types de douleurs et traitements

""
Temps de lecture : 4 min

Le mal de dos : un problème de santé majeur

Le mal de dos est un problème de santé majeur dans les pays occidentaux et est associé à une augmentation des dépenses médicales, à des absences de travail et constitue l'affection musculo-squelettique la plus courante. 60 à 80% des adultes souffriront à un moment de leur vie de lombalgies, et 16% des adultes au Royaume-Uni (UK) par exemple consultent leur médecin généraliste chaque année pour un « mal de dos ». Les maux de dos coûtent au National Health Service (Service de santé britannique) 1,45 millions d’euros par jour et entraînent 12,5% de toutes les absences de travail au Royaume-Uni. Cependant, l'intervention la plus appropriée pour traiter la lombalgie chronique non spécifique (LCNS) reste difficile à trouver.

Les maux de dos sont également très présents dans le sport notamment à cause de la charge de travail et de stress mental que les athlètes subissent au quotidien. 

Il est recommandé aux patients atteints de LCNS de rester physiquement actifs, car de longues périodes d'inactivité affecteront négativement la guérison. Différents types d'exercices ont été explorés pour traiter la lombalgie, notamment des exercices d'aérobie d'intensité faible à modérée, des exercices d'aérobie de haute intensité, des exercices de stabilisation du tronc, de renforcement musculaire et des programmes d’assouplissement. Durant toute la rééducation, la santé psychologique du patient doit être assurée pour obtenir les meilleurs résultats. En effet, les douleurs lombaires sont très souvent corrélées à des facteurs tels que le stress, issus du modèle biopsychosocial. 

Cependant, la forme d'exercice la plus efficace comme méthode de réadaptation pour la LCNS est inconnue, ce qui reflète sa complexité et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Définitions

Le mal de dos est défini comme chronique lorsque la douleur persiste pendant plus de trois mois. La lombalgie peut avoir un effet critique sur la vie des patients, entraînant un handicap et réduisant leur capacité à mener des activités de la vie quotidienne normalement. Le mal de dos aigu est une douleur qui persiste pendant moins de 6 semaines et le mal de dos subaigu est un mal de dos entre 6 semaines et 3 mois. Au-delà de 3 mois de douleurs lombaires, on parle de lombalgie chronique. 40% des patients souffrant de lombalgie aiguë courent un risque élevé de développer une lombalgie chronique.

Les maux de dos sont ensuite classés en maux de dos spécifiques ou non spécifiques. Le mal de dos spécifique fait référence à une cause spécifique de la douleur, par exemple une infection ou une fracture. En revanche, le mal de dos non spécifique est considéré lorsque la cause du mal de dos est inconnue et que tous les autres diagnostics ont été écartés. La lombalgie non spécifique est le type de mal de dos le plus courant et représente 85% de tous les cas de mal de dos.

L'activité physique

L'activité physique (AP) pour augmenter la capacité aérobique et la force musculaire, en particulier des muscles extenseurs lombaires, est importante pour les patients atteints de lombalgie pour les aider à mener à bien les activités de la vie quotidienne. L'AP en tant qu'intervention pour la lombalgie est complexe à prescrire également. En effet, il est important de doser la quantité d’activité physique : trop d’activité physique augmente la charge de travail et les contraintes au niveau de la région lombaire et peut accentuer la douleur dans les cas non spécifiques, mais trop peu d’activité peut entraîner la sédentarité des patients et être responsable de douleurs lombaires.

Il est important de distinguer activité physique et exercice. La différence entre l'AP et l'exercice est que l'exercice est planifié et structuré, ce qui implique de perturber l'homéostasie par une activité musculaire concentrique, excentrique et isométrique en impliquant des mouvements analytiques répétitifs. L'AP n'est pas structurée et comprend tout mouvement qui implique la contraction des muscles squelettiques nécessitant une dépense d'énergie caractérisée par des activités de la vie quotidienne telles que la marche et les travaux ménagers.

Être physiquement actif, à travers les activités de la vie quotidienne, a été souligné comme important pour aider à la guérison de la lombalgie aiguë non spécifique (LANS). Les patients souffrant de LANS ne devraient pas commencer un programme d'exercices de rééducation dès les premiers jours de douleurs, mais plutôt au bout de 3 jours de repos pour ne pas solliciter les structures musculaires et articulaires trop tôt. Un programme progressif de légères mobilisations et d’exercices quotidiens couplés à une activité physique légère à modérée est tout à fait envisageable pour éviter de transformer une douleur aiguë en douleur chronique et accélérer la guérison. 

Exercices

Les exercices suivants montrent une phase progressive de rééducation d’une douleur lombaire chronique non spécifique.

Activation segmentaire statique : réapprendre à conserver un alignement neutre de la colonne vertébrale en position statique

""

Activation segmentaire dynamique (squats): réapprendre à conserver un alignement neutre de la colonne vertébrale en position dynamique 

""

Dissociation tronc/membres inférieurs : conserver un alignement neutre lors de mouvement de dissociation plus fonctionnel

""

Travail fonctionnel : Étapes finales de rééducation, mise en place de mouvements spécifiques au sport ou très fonctionnels, nécessitant une activation de plusieurs chaînes cinétiques :

1.    Position en fente 
2.    Saut + rotation pour atterrir comme la position finale

 

 

Tout le contenu de cet article est présenté à titre informatif. Il ne remplace en aucun cas l’avis ou la visite d’un professionnel de santé. 

Source : 

Gordon, R., & Bloxham, S. (2016). A Systematic Review of the Effects of Exercise and Physical Activity on Non-Specific Chronic Low Back Pain. Healthcare (Basel, Switzerland), 4(2), 22. https://doi.org/10.3390/healthcare4020022. Article sous licence Creative Commons CC-BY 4.0. http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/