Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vous êtes un patient et souhaitez prendre RDV avec un professionnel de santé ? Cliquez ici !

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Expertise métier

La capsulite rétractile, entre patience et kinésithérapie

""
Temps de lecture : 6 minutes

En 2 mots

La capsulite rétractile (CR), également appelée épaule gelée, est une affection douloureuse et insidieuse de l'épaule persistant plus de 3 mois. Cette affection inflammatoire qui provoque une fibrose de la capsule articulaire gléno-humérale s'accompagne d'une raideur progressive et d'une restriction importante de l'amplitude des mouvements (surtout de la rotation externe). Cependant, les patients peuvent développer des symptômes soudainement et avoir une phase de guérison très lente. La guérison est satisfaisante dans la plupart des cas, même si cela peut prendre jusqu'à 2 à 3 ans. Il est vivement recommandé de suivre des séances de kinésithérapie pour traiter cette affectation de l’épaule dans le but d’améliorer sa qualité de vie pour les activités du quotidien, cependant les patients doivent se montrer patients au vu de la lente progression de la guérison biologique … 

L'étiologie de la CR n'est pas encore entièrement comprise. Cependant, certains facteurs de risque plausibles ont été identifiés :

  • Diabète (avec une prévalence jusqu'à 20%)
  • Accident vasculaire cérébral
  • Trouble thyroïdien
  •  Blessure à l'épaule (fracture, tendinopathie, etc)
  •  Maladie de Dupuytren
  • Maladie de Parkinson
  • Cancer
  • Algoneurodystrophie

Le sexe figure également dans des facteurs de risques étant donné que les femmes sont 4 fois plus touchées que les hommes, tandis que l'épaule non dominante est la plus susceptible d'être affectée

Pronostic : La durée de la CR est de 1 à 3,5 ans avec une moyenne de 30 mois. Chez environ 15 % des patients, l'épaule controlatérale est atteinte dans les 5 ans.

Pathophysiologie

La CR est généralement décrite comme une « contracture fibrotique et inflammatoire de l'intervalle des rotateurs (espace anatomique triangulaire compris entre le bord antérieur du tendon supra épineux et le bord supérieur du tendon sous scapulaire), de la capsule et des ligaments ». Cependant, le développement de la CR n'est pas encore entièrement compris. Bien que des désaccords existent, le diagnostic clinique le plus reconnu est l'inflammation synoviale médiée par les cytokines avec prolifération fibroblastique basée sur des observations arthroscopiques

Des résultats supplémentaires incluent des adhérences autour de l'intervalle des rotateurs causées par une augmentation du collagène et la formation de bandes nodulaires.

La structure habituellement touchée en premier est le ligament coraco-huméral, le « toit » de l'intervalle de la coiffe des rotateurs. La contraction du ligament coraco-huméral limite la rotation externe du bras, qui est généralement d'abord touchée au début de la CR. Aux stades avancés, un épaississement et une contraction de la capsule articulaire gléno-humérale se développent, limitant davantage l'amplitude des mouvements dans toutes les directions.

Les études d'histopathologie de la capsule glénohumérale ont confirmé une augmentation significative des fibroblastes, des myofibroblastes et des cellules inflammatoires, comme les lymphocytes B, les mastocytes et les macrophages.

Symptômes

Les patients souffrant de CR en phase aiguë présentent généralement une apparition soudaine d'une douleur antérieure unilatérale de l'épaule. Les symptômes typiques comprennent une restriction passive et active de l'amplitude des mouvements, affectant d'abord la rotation externe et plus tard l'abduction de l'épaule. En général, selon le stade et la gravité, la pathologie se résout d'elle-même, interférant avec les activités de la vie quotidienne, le travail et les loisirs. Les interventions mises en place en kinésithérapie permettent de limiter l’impact de la CR sur ce type d’activité quotidienne. 

Les déficiences fonctionnelles causées par l'épaule gelée consistent en une portée limitée, en particulier lors des activités au-dessus de la tête (par exemple, suspendre des vêtements) ou sur le côté (par exemple, attacher sa ceinture de sécurité). Les patients souffrent également d’amplitudes de rotations des épaules restreintes, ce qui entraîne des difficultés d'hygiène personnelle et d'habillement. Une autre affection concomitante courante avec l'épaule gelée est la douleur au cou, principalement due à une surutilisation des muscles cervicaux (trapèzes, scalènes) pour compenser la perte de mouvement de l'épaule.

Diagnostic

Les résultats dits « physiques » (force, mobilité, etc.) sont essentiels pour un diagnostic d'épaule gelée, bien que la douleur et la raideur rendent difficile pour les patients de se conformer à un ensemble complet d'examens.

Deux examens sont couramment utilisés pour diagnostiquer la CR, y compris des tests de mouvement combiné, comme toucher l'omoplate par derrière le cou et derrière le dos (flexion, rotation interne et abduction).

Cependant, la caractéristique la plus pathognomonique pour la CR est une perte de ROM passive. Lors de l’évaluation, en cas de restriction significative de la ROM (= amplitude de mouvement « range of motion ») passive, un examen du mouvement de manière peut d’ores et déjà être ignoré. Néanmoins, comme une limitation indétectable de la mobilité de l'épaule peut être présente à un stade précoce, le diagnostic de la CR doit être reconsidéré chez les patients qui présentent une restriction progressive de l'amplitude de mouvement lors des suivis.

Comme évoqué précédemment, les patients dont l'épaule est « gelée » présentent généralement une restriction significative de l'amplitude des mouvements actifs et passifs, en particulier des mouvements de rotation externe et d'abduction. Un mouvement restreint dans toutes les directions indique non seulement la présence d'une épaule gelée développée, mais cela peut être un « drapeau rouge » pour une éventuelle malignité ou fracture sous-jacente.
L'épaule gelée est un diagnostic clinique posé par les :

  • Antécédents médicaux
  • Examen physique 
  • Modalités d'imagerie (excluant une autre condition, plutôt que de confirmer le diagnostic d’une CR). 

Aucun test spécifique (laboratoire ou imagerie) ne permet à lui seul de confirmer définitivement le diagnostic de CR.

L'imagerie diagnostique de la CR peut être difficile, car les résultats basés sur les méthodes actuellement disponibles (telles que les radiographies, les ultrasons, l'imagerie par résonance magnétique simple et la tomodensitométrie) sont généralement sans particularité. L'imagerie se limite donc à exclure des pathologies concomitantes, comme les déchirures des tendons de la coiffe des rotateurs et l'arthrose de l'articulation gléno-humérale. L'outil d'imagerie principalement appliqué aux patients atteints de CR est l'échographie musculo-squelettique à haute résolution, qui s'est révélée être la « première ligne » pour examiner la pathologie de l'épaule. Néanmoins, jusqu'à présent, il n'y a pas de résultats échographiques spécifiques pour le diagnostic d’une CR. Pour être plus complets et comme évoqués précédemment, plusieurs chercheurs ont rapporté que l'épaississement du ligament coraco-huméral était une caractéristique échographique chez les patients atteints d’une CR. Une autre constatation échographique couramment mentionnée est la présence d'une accumulation de liquide autour du chef long du tendon du biceps. Bien que l'épanchement péri-tendineux du biceps soit fréquent dans les épaules avec une CR, il n’est pas spécifique à la CR car il pourrait être le résultat d'une autre pathologie de l'épaule (par exemple, des troubles de la coiffe des rotateurs ou une ténosynovite du biceps). 

 

 

Traitement

Malgré le nombre d’articles publiés sur la CR, il n'y a pas de consensus cohérent sur la prise en charge de la CR. La majorité des options de traitement de la CR ne sont pas opératoires et comprennent une prise en charge pharmacologique et de la kinésithérapie.

Épaule gelée précoce

Un stade précoce de la CR est souvent géré comme une pathologie sous-acromiale. La CR « gelée » précoce mentionnée ci-dessus peut être considérée comme inflammatoire. D'autre part, l'inflammation devient moins accentuée dans les stades ultérieurs, où la limitation de la ROM est prédominante et la douleur liée à l'inflammation n'est pas aussi prononcée. À la lumière des différences ci-dessus, nous devons tenir compte du stade de la pathologie lors de la planification de la stratégie de traitement. La reconnaissance correcte du stade clinique peut aider à adapter les plans de traitement plus spécifiquement. L'objectif du traitement au stade de « gel maximal » doit se concentrer sur le contrôle de la douleur, la réduction de l'inflammation et l'éducation du patient. Les options de traitement initial pour la capsulite rétractile peuvent inclure l'acétaminophène ou les AINS. Bien que les preuves concernant les AINS pour le traitement de l'épaule gelée soient limitées, ils peuvent être prescrits pour soulager à court terme la douleur nocturne si elle est présente. 
Cependant, dans les cas graves, des analgésiques opioïdes peuvent être nécessaires. La kinésithérapie est quant à elle importante pour le contrôle de la douleur et le rétablissement de la mobilité normale de l'épaule. Celle-ci comprend de la thérapie manuelle basée sur la mobilisation des tissus mous et des étirements doux et beaucoup d’exercices. 

Concernant les modalités physiques, aucun agent particulier ne s'est montré supérieur. Le patient peut se voir prescrire, par exemple, des séances d’ultrasons, de cryothérapie ou de stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS). La gestion de la kinésithérapie devrait se concentrer sur l'exercice thérapeutique. Bien que tous les patients ne puissent pas tolérer l'exercice de mobilisation au stade initial de l'épaule gelée en raison d'une douleur intense, de l’exercice thérapeutique supervisé doit être effectué pour ralentir la restriction de la ROM. De plus, un programme d'exercices à domicile doit être administré quotidiennement aux patients. Chez les patients souffrant de douleurs modérées à sévères qui ne répondent pas aux traitements non-opératoires, une injection intra-articulaire de corticoïde peut être envisagée. L'injection doit être effectuée sous guidage échographique ou fluoroscopique pour assurer le placement correct de l'aiguille. Enfin, de la rééducation chez un kinésithérapeute doit être prescrite après l'injection.

Épaule gelée développée

Après la disparition de la période douloureuse liée à l'inflammation, l'état évolue vers une phase « gelée » puis vers une phase de « dégel ». Les objectifs de traitement dans les stades avancés devraient se concentrer sur la récupération de la limitation de la ROM. Les kinésithérapeutes devraient fournir des exercices de mobilisation plus intensifs (par rapport, par exemple, aux pathologies sous-acromiales) pour restaurer la mobilité articulaire. Chez les patients qui ne répondent pas bien aux traitements non chirurgicaux, un traitement plus invasif peut être envisagé. L'ajout d'un blocage du nerf suprascapulaire ou du plexus brachial interscalène peut entraîner une amélioration supplémentaire. Chez les patients ayant des cas d'épaule gelée réfractaire qui ne s'améliorent pas après 6 mois de traitement non opératoire, des traitements plus développés tels que l'hydrodilatation capsulaire (étirement de la capsule articulaire par la pression du sérum physiologique), la manipulation sous anesthésie (déchirure de la capsule contractée) , et une libération capsulaire arthroscopique (en particulier dans l'intervalle des rotateurs) peuvent être envisagées.

Étapes

La restriction progressive du mouvement passif de l'épaule caractérise une évolution naturelle de la CR. Le développement est communément décrit comme progressant à travers 3 phases qui se chevauchent (une classification en 4 étapes peut également être trouvée dans la littérature). Voici un résumé des 3 étapes ainsi qu’un schéma montrant l’évolution de l’amplitude et de la douleur :

  1. Gel = Freezing (2 à 9 mois) : Précoce
  2. Gelée = Frozen (4 à 12 mois) : Développé
  3. Décongélation = Thawing (12 à 42 mois) : Développé

 

Crédits image : Hui Bin Yvonne Chan1, BSc(Hons), Pek Ying Pua2, BPhty, MManipPhty, Choon How How1, MMed, FCFP. Physical therapy in the management of frozen shoulder. Singapore Med J 2017; 58(12): 685-689 doi: 10.11622/smedj.2017107 

 

Une phase initiale douloureuse avec une douleur prédominante qui s'aggrave la nuit, avec une restriction ROM de l'articulation gléno-humérale progressivement augmentée.

La deuxième phase avec raideur et limitation persistante des mouvements de l'articulation glénohumérale, mais avec moins de douleur qu'au stade «Freezing».

La troisième phase (de récupération) avec le retour progressif de l'amplitude de mouvement.

Conclusion : La CR est une affectation de l’épaule complexe dans son étiologie souvent difficile à traiter. La patience du patient et la justesse du kinésithérapeute sont nécessaires pour améliorer la qualité de vie du patient lors de la réalisation de tâches quotidiennes. 

 

Article rédigé par NeuroXtrain

Tout le contenu de cet article est présenté à titre informatif. Il ne remplace en aucun cas l’avis ou la visite d’un professionnel de santé. 

Sources

St Angelo JM, Fabiano SE. Adhesive Capsulitis. [Updated 2021 May 10]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nbooks/NBK532955lm.nih.gov//. Article sous licence creative commons 4.0 CC-BY.