Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vous êtes un patient et souhaitez prendre RDV avec un professionnel de santé ? Cliquez ici !

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Sécurité informatique
Evolution de la pratique médicale

Médecins libéraux : une retraite sereine grâce à l’hébergement de vos données

""
Temps de lecture : 5 minutes

En 2 mots

A l’heure de la retraite, les professionnels de santé libéraux peuvent choisir de cesser complètement leur activité ou de continuer à exercer en fonction de leurs envies et de leur emploi du temps. Une chose est sûre, cette nouvelle étape dans leur vie professionnelle s’accompagne de nombreux changements administratifs, qu’il faut prévoir pour organiser son départ en toute sérénité.

Cessation d’activité, cumul emploi-retraite… Quelle formule choisir lorsqu’on souhaite lever le pied à partir de 65 ans ?

Après une carrière longue et riche, mais souvent stressante, les médecins libéraux voient plusieurs choix s’offrir à eux lors de leur départ à la retraite.

1ère option : le cumul emploi-retraite

Les médecins peuvent désormais cumuler retraite et revenus issus d'une activité libérale, à deux conditions :

  • Avoir liquidé l'ensemble de leurs retraites personnelles auprès de tous les régimes de retraite obligatoires, en France et à l’étranger.
  • Avoir atteint l'âge légal de départ en retraite et validé le nombre de trimestres nécessaire permettant de percevoir une pension de retraite à taux plein. Calculez l’âge de votre départ en retraite en quelques secondes.

Aujourd’hui, les médecins libéraux qui choisissent de continuer à exercer pendant leur retraite le font par amour de leur métier, mais aussi pour compléter leurs revenus et conserver leur pouvoir d’achat.
Une solution où la flexibilité est de mise : les médecins libéraux fixent eux-mêmes le nombre d’heures travaillées par semaine. Ils peuvent ainsi, et ils sont nombreux à le faire, partager leur temps entre leurs hobbies et leur activité professionnelle.
Le cumul emploi-retraite peut aussi être une bonne façon d’entrer progressivement dans cette nouvelle étape de vie, pour éviter le passage brutal d’une activité à temps plein à la retraite.
Beaucoup de professionnels libéraux utilisent le cumul emploi-retraite comme une solution transitoire, avant de s’octroyer une vraie pause bien méritée.
Certains médecins décident aussi de continuer leur activité car ils ne trouvent pas de remplaçants, notamment dans les zones rurales ou périurbaines moins attractives, et préfèrent continuer à s’occuper de leur patientèle en personne ou à distance grâce à la téléconsultation.

Découvrez notre article sur le rôle de la téléconsultation dans l’amélioration de la prise en charge des patients dans les zones sous-dotées. [1]

La retraite des médecins libéraux en quelques chiffres

  • En 2018, 12 116 médecins libéraux cumulaient emploi et retraite sur un total de 130 000 professionnels en activité
  • 67 ans, c’est l’âge moyen du départ à la retraite des médecins libéraux
  • La pension perçue par les médecins libéraux s’élève en moyenne à 2 684 euros
  • La retraite du médecin libéral est composée de trois éléments : le régime de base représente 21% de la somme moyenne versée cette année, le régime complémentaire 45% et l'ASV 34%.

2ème option : la cessation totale d’activité

Dans ce cas, le professionnel de santé libéral fait le choix de cesser complètement son activité. Il doit alors en informer sa patientèle et les organismes de cotisations spécialisés.

Médecin libéral et départ en retraite, quelles sont les choses à prévoir ?

Les tâches administratives à effectuer avant le départ en retraite d’un professionnel de santé libéral

Voici une liste des tâches administratives à réaliser avant le départ en retraite d’un professionnel de santé :

  • Avertir la CARMF plusieurs mois avant la cessation d’activité
  • Prévenir l’URSSAF de son départ en retraite
  • Écrire au service de relation avec les praticiens de la CPAM
  • Transférer ses dossiers à son successeur le cas échéant
  • Présenter son successeur à la patientèle
  • Conserver ses dossiers jusqu’à 20 ans en cas d’absence de successeur

Ce dernier point est extrêmement important : le professionnel de santé libéral qui cesse son activité doit absolument conserver les informations médicales de sa patientèle, c’est une obligation légale.
Les dossiers patients peuvent être conservés sous format papier ou informatique pour une durée de 20 ans à compter du dernier passage du patient au cabinet.
 
Bon à savoir : lorsque le médecin part en retraite, il conserve son titre et ses obligations déontologiques, notamment le secret professionnel.

Comment héberger ses données médicales à moindre frais ?

Évidemment, il est aujourd’hui bien plus pratique de stocker ses dossiers patients sur ordinateur, d’autant plus si le praticien utilisait jusque-là un logiciel médical pour assurer le suivi de ses patients.
La plupart des solutions de gestion médicale proposent des abonnements adaptés au cumul emploi-retraite ou au simple stockage des données à l’occasion du départ en retraite d’un médecin libéral.
Par exemple, choisir MLM au moment de son départ en retraite, c’est s’assurer que les données médicales de ses patients seront hébergées en France, en toute sécurité, à moindre frais grâce à des formules avantageuses sur le long terme.
Vous souhaitez préparer votre retraite sereinement avec des solutions d’hébergement de données médicales adaptées à vos besoins ?  

 

→ Contacter un conseiller