Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vous êtes un patient et souhaitez prendre RDV avec un professionnel de santé ? Cliquez ici !

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Evolution de la pratique médicale

Psychiatrie : comment la technologie peut-elle améliorer l’accès aux soins ?

""
Temps de lecture : 7 minutes

En 2 mots

Au cours des derniers mois, la santé mentale s’est imposée comme l’un des grands enjeux de santé publique en France. En effet, les troubles psychiatriques ont fortement augmenté dans un contexte de pandémie de covid-19 et de confinements à répétition. Pour répondre à la hausse des pathologies mentales, les professionnels de santé doivent pouvoir s’appuyer sur des outils numériques performants, qui intègrent la téléconsultation et facilitent l’échange des données médicales entre professionnels de santé.

Consulter un psychiatre ou un psychologue en ligne grâce à la téléconsultation

La téléconsultation a connu un essor considérable ces dernières années. Plébiscitée par les patients qui ne souhaitent plus forcément se déplacer pour consulter, elle est aujourd’hui largement utilisée par les professionnels de la santé mentale. Il faut dire que la téléconsultation s’avère particulièrement adaptée à leur pratique, basée sur l’écoute du patient sans examen physique. 

Selon les données de l’observatoire THIN, en mars 2020, lors du premier confinement, la téléconsultation représentait 45 % des rendez-vous en psychiatrie, soit près d’une consultation sur deux. 

Si les patients ont repris le chemin du cabinet pour des rendez-vous physiques lors de la levée des restrictions de déplacement, l’attrait pour la téléconsultation semble perdurer dans le temps : un tiers des Français a téléconsulté lors des douze derniers mois. Preuve que la téléconsultation fait aujourd’hui partie des outils incontournables pour tous les professionnels de santé, et plus particulièrement les psychiatres. 

Améliorer la coordination des soins psychiatriques en quelques clics

L’amélioration de la prise en charge des troubles psychiatriques repose en grande partie sur la capacité des différentes structures de soin à collaborer et à organiser le traitement et le suivi du patient : psychiatre, hôpital ou clinique, service de réhabilitation, services sociaux…

Elles peuvent désormais s’appuyer sur des solutions numériques qui facilitent le partage d’informations - comme le dossier médical partagé -  et la collaboration au quotidien via une messagerie sécurisée, par exemple. 

La téléconsultation pour améliorer la prise en charge des patients sur tout le territoire

En s’appuyant sur la téléconsultation, les professionnels de la santé mentale - psychiatres, psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes - peuvent toucher un public plus large, hors de leur région d’exercice.

L’accès aux soins mentaux dans les déserts médicaux et les zones sous-dotées

En 2019, environ 15 500 psychiatres exerçaient en France, principalement en région parisienne et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Certaines régions, comme le Centre ou le Grand-Ouest, sont sous-dotées : les patients n’ont pas facilement accès aux soins psychiatriques dont ils ont besoin. Il leur faut souvent se déplacer à plusieurs dizaines de kilomètres de leur domicile et attendre de longs mois avant d’obtenir un rendez-vous.

La téléconsultation permet de pallier ce problème. Les psychiatres peuvent proposer un rendez-vous en ligne à leurs patients, où qu’ils se trouvent. La plupart du temps, le premier entretien se fait en tête à tête, puis le suivi peut avoir lieu par écran interposé, à intervalles réguliers.

La téléconsultation pour répondre aux urgences psychiatriques

Les prises en charge d’urgences psychiatriques sont délicates : elles peuvent survenir à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Lorsqu’elles ne nécessitent pas d’hospitalisation, comme c’est le cas pour les crises d’angoisse par exemple, la téléconsultation peut-être une solution efficace pour soulager le patient rapidement : il suffit d’une connexion Internet pour organiser une séance d’urgence et renouveler, si besoin, une ordonnance pour un traitement médicamenteux. 

L’ordonnance est générée et envoyée aux patients en quelques clics, et même directement dans une pharmacie dans certains cas.

Un meilleur suivi psychologique des patients fragiles

Certains patients nécessitent un suivi particulièrement attentif et régulier

Pour maintenir et faciliter la thérapie et le traitement, certains psychiatres s’appuient sur la téléconsultation car elle économise du temps et des efforts aux patients

Plus besoin de se confronter à des situations stressantes pour se rendre à son rendez-vous : déplacement, emploi du temps déjà chargé, angoisse à l’idée de ne pas être chez soi… La téléconsultation diminue le risque de “décrochage” du patient et permet au thérapeute de proposer une séance dans des conditions familières et rassurantes aux personnes fragiles. 

La téléconsultation : un outil populaire parmi les jeunes, une population à risque

Ultra-connectés, les 15-35 ans sont certainement ceux qui téléconsultent le plus facilement. Habitués aux conversations par écrans interposés et demandeurs de solutions qui leur font gagner du temps et de l’énergie, la téléconsultation a très vite été adoptée par cette tranche de la population.

Et c’est une bonne chose, puisque c’est aussi une génération qui a été particulièrement touchée par les troubles mentaux lors de la pandémie. Adolescents isolés, étudiants précaires, jeunes diplômés à la recherche d’un emploi… La dépression et l’anxiété ont fortement augmenté auprès des jeunes

En optant pour la téléconsultation, les psychiatres se donnent toutes les chances d’accéder à ces profils qui n’oseront peut-être pas pousser la porte d’un cabinet de psychiatrie et qui seront plus à l’aise dans un échange via la téléconsultation. 

Logiciel de gestion : quelles fonctionnalités indispensables pour un psychiatre ?

  • L’organisation des rendez-vous : les patients doivent pouvoir consulter les disponibilités du praticien en un coup d’oeil et prendre rendez-vous en ligne facilement. Ils reçoivent aussi un rappel automatique, ce qui évite les oublis et les annulations de dernière minute. 
  • L’agenda synchronisé : un agenda professionnel toujours à jours et synchronisé
  • Le chat : une messagerie instantanée et sécurisée pour échanger avec d’autres professionnels de santé 
  • Le suivi des addictions : des contenus enrichis et des protocoles pour accompagner les patients dans le traitement de leurs addictions
  • Les formulaires : des formulaires pré-conçus sur lesquels s’appuyer lors d’un diagnostic 
  • La mobilité : un logiciel web accessible n’importe où, n’importe quand. Une connexion Internet suffit. 
  • La simplicité et des démarches automatisées : pour passer plus de temps dans l’échange avec le patient que derrière son écran dans les méandre de l’administratif
  • La flexibilité : la possibilité de travailler depuis son cabinet ou son domicile, sur un ordinateur ou une tablette. 
  • La téléconsultation : une plateforme de téléconsultation sécurisée et facile d’utilisation, qui se lance en quelques clics 
  • Les ordonnances générées automatiquement : des ordonnances générées automatiquement à partir de la Base Claude Bernard 

L’avantage d’un logiciel web de gestion et simple d’utilisation

Pas d’installation, des mises à jour automatiques, la possibilité de travailler depuis n’importe quel poste connecté à Internet… Le logiciel web est particulièrement adapté aux nouvelles habitudes de travail des professionnels de santé mentale.

Le Docteur Debesse, psychiatre, a choisi le logiciel web MLM pour équiper son cabinet. Il revient sur son expérience : 

“ La téléconsultation, c’est la liberté. Lors d’un récent déplacement professionnel en Afrique du Sud, j’ai pu organiser une séance avec l’un de mes patients qui traversait une période particulièrement délicate. C’est un outil révolutionnaire, qui facilite mon quotidien et celui de mes patients. Actuellement, je téléconsulte entre 3 et 4 fois par semaine, j’espère que cette pratique se développera encore davantage à l’avenir.”