Découvrir Maiia

Demander une démo

Je souhaite être contacté(e) par un conseiller afin de découvrir une démo des solutions Maiia. 

Vous êtes un patient et souhaitez prendre RDV avec un professionnel de santé ? Cliquez ici !

Vos informations personnelles

Vos informations professionnelles

En cochant cette case, j'accepte que mes informations personnelles saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande de démo.
Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google.
Expertise métier

La ténosynovite de De Quervain : description et traitements

femme tenant son poignet
Temps de lecture : 5 minutes

En 2 mots

La ténosynovite de De Quervain tient son nom du chirurgien suisse Fritz de Quervain, qui l'a décrite pour la première fois en 1895. Il s'agit d'une affection qui implique une compression des tendons affectant le premier compartiment distal coté radial du poignet. Avec cette condition, un épaississement des gaines tendineuses autour du long abducteur du pouce et du court extenseur du pouce se développe là où les tendons traversent le tunnel fibro-osseux situé le long de la styloïde radiale au niveau distal du poignet. La douleur est exacerbée par le mouvement du pouce et la déviation radiale et ulnaire du poignet.

 

main tendon

 

Étiologie

Bien que la cause exacte de la ténosynovite de Quervain ne soit pas claire, elle a été attribuée à une dégénérescence avec des dépôts de tissu fibreux et une vascularisation accrue plutôt qu'à une inflammation aiguë de la muqueuse synoviale. Ce dépôt entraîne un épaississement de la gaine tendineuse, emprisonnant douloureusement les tendons du long abducteur du pouce et du court extenseur du pouce. Cette pathologie est associée à des mouvements répétitifs du poignet, en particulier des mouvements nécessitant une abduction radiale du pouce et une extension simultanée et une déviation radiale du poignet.

Épidémiologie

La prévalence estimée de la ténosynovite de Quervain est d'environ 0,5 % chez les hommes et de 1,3 % chez les femmes, surtout au moment de la maternité due au poids du bébé au moment de le porter, avec un pic de prévalence chez les personnes dans la quarantaine et la cinquantaine. Elle peut être observée plus fréquemment chez les personnes ayant des antécédents d'épicondylite médiale ou latérale.

Physiopathologie

Le premier compartiment du poignet contient les tendons du long abducteur du pouce et du court extenseur du pouce entourés par une gaine synoviale qui le sépare des autres compartiments du poignet. Comme ces tendons traversent un tunnel fibreux d'environ 2cm de long passant au-dessus de la styloïde radiale et sous les fibres transversales du rétinaculum des extenseurs, ils risquent de se comprimer, en particulier dans le cadre d'un traumatisme aigu ou de mouvements répétitifs.

Les athlètes atteints par cette pathologie présentent une douleur radiale du poignet qui est généralement aggravée par les mouvements du pouce et du poignet. La condition peut être associée à de la douleur ou à des difficultés avec des tâches telles que l'ouverture d'un couvercle de bocal. Une sensibilité recouvrant la styloïde radiale est généralement présente, et un gonflement dans cette région peut également être distingué. Le test provocateur de Finkelstein, dans lequel le pouce est fléchi et tenu à l'intérieur d'un poing, et le patient fait un mouvement de déviation ulnaire du poignet, provoquant une douleur aiguë le long du poignet radial au niveau du premier compartiment dorsal.

Évaluation

Le diagnostic de la ténosynovite de Quervain est clinique. Bien qu'elles ne soient pas utiles pour confirmer le diagnostic, les radiographies standard peuvent être utiles pour différencier d'autres causes de douleur radiale au poignet, telles que l'arthrose de l'articulation carpo-métacarpienne du pouce.

Traitement / Prise en charge

La tendinopathie de De Quervain peut se résoudre spontanément et sans intervention. Pour les personnes présentant des symptômes persistants, les anti-inflammatoires systémiques et les injections de corticostéroïdes sont les options de traitement non chirurgical les plus fréquemment utilisées. Les attelles comme une attelle de pouce spica peuvent offrir un soulagement temporaire aux patients, mais il faut savoir sevrer le patient au plus vite des attelles, car ce n’est pas une solution à long terme. 

Il a été rapporté que l'injection de corticostéroïdes procure un soulagement presque complet avec une ou deux injections. L'injection est réalisée dans la gaine tendineuse à environ 1cm en amont de la styloïde radiale où les tendons sont palpables. Une tentative doit être faite pour infiltrer les gaines du long abducteur du pouce et du court extenseur du pouce aussi profondément que possible dans le tunnel fibro-osseux afin de minimiser le risque d'atrophie sous-cutanée. L'utilisation du guidage échographique lors de l'injection a été rapportée pour permettre la visualisation et l'injection adéquate des multiples cloisons et sous-gaines qui peuvent être présentes dans le premier compartiment. Un soulagement symptomatique est rapporté par environ 50% des patients avec une seule injection. Une seconde injection peut apporter un soulagement chez 40 à 45 % des patients restants.

Si les symptômes ne s'améliorent pas ou réapparaissent après deux injections de corticostéroïdes, la prise en charge chirurgicale est une option. La chirurgie est généralement pratiquée en ambulatoire. Elle peut nécessiter une anesthésie locale, régionale ou générale. Ceci est réalisé par une incision cutanée transversale d'environ 2cm sur le premier compartiment dorsal. En prenant soin d'éviter de blesser les branches du nerf sensoriel radial superficiel, le ligament recouvrant le premier compartiment dorsal est exposé par dissection. La marge dorsale de la gaine est ensuite fortement incisée. Les sous-gaines, si elles sont présentes, sont identifiées et incisées. Une fois tous les sous-compartiments libérés, la peau est fermée.

Après la libération, les patients peuvent également présenter une subluxation des tendons du premier compartiment dorsal lors de la flexion et de l'extension du poignet. Cela peut être gênant lorsque les tendons frottent ou « subluxent » sur la styloïde radiale. Cela peut être associé à une libération excessive de la gaine tendineuse au moment de la chirurgie.

 

homme attelle

 

Bien que la ténosynovite de De Quervain soit généralement gérée de manière conservatrice, les preuves à l'appui des interventions de kinésithérapie se sont principalement limitées à des études de cas. La thérapie manuelle, qui tente à restaurer la mobilité de l’articulation donne des résultats favorables dans une seule étude de cas. Des exercices de renforcement excentriques ont également été associés à des résultats positifs dans quelques études. Bien que le mécanisme derrière leur effet ne soit pas clair, on pense que les exercices excentriques stimulent le remodelage des tendons; parce que le processus pathologique sous-jacent semble être dégénératif, des exercices excentriques peuvent s'avérer efficaces dans sa prise en charge.

Le manque de preuves à l'appui des interventions de physiothérapie cette pathologie se reflète dans l'absence de recommandations explicites pour un programme de rééducation ou dans la méthode de thérapie manuelle à appliquer pour cette condition.
 

Diagnostic différentiel

On retrouve différents types de diagnostics différentiels : syndrome aigu des loges de l’avant-bras, bursite, syndrome du canal carpien, polyarthrite rhumatoïde, arthrose, fracture du scaphoïde ou du radius en distal. 

Tout le contenu de cet article est présenté à titre informatif. Il ne remplace en aucun cas l’avis ou la visite d’un professionnel de santé.

Article rédigé par NeuroXtrain.


Sources :

Satteson E, Tannan SC. De Quervain Tenosynovitis. [Updated 2022 Feb 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-.Distributed under the terms of the Creative Commons Attribution 4.0 International License. 

Goel, R., & Abzug, J. M. (2015). de Quervain's tenosynovitis: a review of the rehabilitative options. Hand (New York, N.Y.), 10(1), 1–5. 

Patel, K. R., Tadisina, K. K., & Gonzalez, M. H. (2013). De Quervain's Disease. Eplasty, 13, ic52. This is an open-access article whereby the authors retain copyright of the work.